COMMEMORATIONS (hommage à . . .)

COMMÉMORATIONS (hommage à…) 2015
une idée dans l’air…
Séverine Bruneton - 06 17 73 78 36 /// Giulia Ronchi - 06 77 76 72 90
15 rue de l’amphithéâtre / 84 400 Apt /// uneideedanslair@orange.fr
2015


Comment lire -à voix haute- entre les lignes des monuments aux morts et
leurs commémorations pour voir ce qui nous fonde et nous ancre quelque
part, que l’on soit d’ici ou d’ailleurs, ce « être au monde » ?

 
de l’intuition de 2 artistes et parce qu’il y a nécessité
une idée dans l’air… a initié un laboratoire artistique à Apt et pays d’Apt pour
réinventer nos rituels des commémorations.

COMMÉMORATIONS (hommage à…) est né de la prise de conscience de 2
artistes qu’il y avait nécessité de travailler sur ces monuments qui conservent
la mémoire des conflits fondateurs de notre histoire et influent sur notre être
au monde en amenant la population à devenir parti prenante de ces temps
mémoriaux que sont les commémorations dans le sens d’un vivre ensemble.
de notre première année de COMMÉMORATIONS (hommage à…) 2014 que
nous avons voulu expérimentale, et où nous avons pu vérifier que c’est le
processus de réalisation de nos actions qui fait oeuvre, des idées fortes se
dégagent :
à Apt, suite à une lecture sensible du Monument aux morts, nous décidons
de nous attacher aux 227 noms inscrits des soldats morts à la Grande guerre
pour les faire sortir et aller dans la ville à la rencontre des habitants. Des
oeillets rouges (227 porteurs de ces 227 noms) déposés dans les commerces,
sont les passeurs de cette action. En parallèle, nous travaillons avec les
classes de CM2 car les 2 guerres mondiales sont dans leur programme
d’histoire et les enfants sont le socle à venir.
à Céreste, Viens et Saint Martin de Castillon, le contexte de l’assassinat de
Roger Bernard nous incite à ouvrir un chemin de Résistance et Poésie en
vue de pérenniser une marche commémorative annuelle pour un rendezvous
citoyen questionnant l’acte de résister aujourd’hui. Ce chemin devient
également le prétexte pour accueillir des groupes divers, des collégiens et
des enfants de tous âges, des artistes… et expérimenter dans un paysage,
«l’art de notre engagement dans la vie» au quotidien.
à Saint Saturnin-lès-Apt, les évènements du 1er Juillet 1944 nous font
réfléchir à comment raconter et transmettre cette histoire pour ne pas oublier.
Nous partons de la collecte de paroles de celles et ceux qui ont connus ces
événements, tout en remontant les générations pour regarder comment cette
parole se transmet et joue un rôle dans l’inconscient collectif.
D’une implication forte et douloureuse des générations touchées par les faits,
au désintérêt ou à une méconnaissance d’une part de la population de ces
faits, il nous est venue l’idée de réaliser un Jeu de Cartes à jouer, considéré
comme un outil de médiation, à la fois beau, ludique et porteur de sens.
Giulia Ronchi et Séverine Bruneton, artistes associées, sont à l’initiative de ce
laboratoire. Il s’inscrit dans le cadre de la politique publique des célébrations
du Centenaire des commémorations de la Grande guerre. Nous nous
positionnons sur la temporalité de cette guerre, dans la durée pour qu’une
pensée puisse se développer et qu’une transformation de nos us et coutumes
s’opère.
note d’intention
2015
une mise en oeuvre en partant de l’identité d’un territoire qui s’inscrit dans le
temps de la première guerre, de 2014 à 2018
Apt et son monument aux morts avec ses 10 commémorations est au
coeur du projet mais aussi les autres communes du pays d’Apt avec leurs
commémorations particulières dessinant un paysage de la Résistance sur
un territoire (Céreste/Viens/St Martin de Castillon pour le 22 juin ; St Saturnin
avec le 1er juillet et d’autres terrains à défricher comme à Goult, Roussillon,
Lagarde d’Apt…)
Autour de la première guerre, nous nous attacherons aux noms des soldats
avec l’action des oeillets que nous appliquerons aux autres communes du
territoire. La mise en place d’ateliers autour d’une approche sensible des
monuments sera l’occasion d’inviter la population à écrire une lettre ou une
carte postale adressées aux autres villages, entre mémoire et présent, action
complétée par des veillées et des interventions scolaires. Pour 2015, nous
espérons toucher 12 communes et en 2016 les 12 autres.
Les samedis-dimanches de l’automne, en amont du 11 novembre.
Notre objectif : aboutir à une tonalité commune et fédératrice de tout un
territoire (les oeillets) pour les commémorations du 11 novembre 2018 qui
célébreront les 100 ans de l’Armistice, laissant pour autant, à chaque
commune, sa liberté de trouver une forme commémorative singulière et avec
notre appui si besoin.
perspectives
Nous commençons à mesurer la portée de notre engagement par la prise de
conscience qui s’opère auprès des élus avec qui nous avons travaillé et
d’autres qui nous rejoignent.
Les événements de Charlie ont certainement bousculé les consciences.
Nous, nous sommes déjà sur un terrain actif depuis un an et contribuons à
une réflexion de ce vivre ensemble qui se fonde sur la mémoire.
De fait, notre expérience devient un exemple “de ce qui peut se faire“ avec la
démarche qui va avec et ainsi la notion de laboratoire prend tout son sens.
L’enjeu global est de préparer un terrain pour que la population puisse se
sentir profondément investie par ces faits historiques fondateurs de notre
être au monde d’aujourd’hui.
On nous demande de réhabiliter les fusillés
On répond que l’on réhabilite la parole,
le symbole, l’humain !

Sur les monuments aux morts les enfants se sentent investis.
Ils écrivent « ils sont morts pour la France », « ils sont morts pour nous »
nous ne leur disons pas ça en particulier. C’est inscrit sur les lieux.
C’est contesté, c’est contestable ou pas, et ça pose question.
Sur les monuments aux morts les enfants se fondent, s’ancrent dans le sol
juste parce qu’ils se sont approprié un soldat.
Alors oui, quelque part ce soldat est mort pour lui ou elle ou nous.